Vous êtes ici : Accueil > Actualités > OSTEOPATHIE ET COURSE A PIED (Marathon, Raids, Trails, Course occasionnelle...)

OSTEOPATHIE ET COURSE A PIED (Marathon, Raids, Trails, Course occasionnelle...)

Le 16 décembre 2015
OSTEOPATHIE ET COURSE A PIED (Marathon, Raids, Trails, Course occasionnelle...)
Que vous soyez coureur invétéré, occasionel ou non sportif; voici quelques explication des conséquences d'un corps non soigné...



L'
ostéopathie est une méthode de soins qui s'emploie à déterminer et à traiter les restrictions de mobilité qui peuvent affecter l'ensemble des structures composant le corps humain. Elle s’intéresse aux tissus osseux, articulaires, ligamentaires, musculaires, viscéraux, craniens…

Le corps et le psychique sont intimement liés c’est pourquoi  l’équilibre physique favorise un équilibre psychique, énergétique et chimique. Les techniques ostéopathiques sont exclusivements manuelles.

 
Une étude récente réalisée à Montréal a montré que 80 % des coureurs se blessent lors de leur pratique chaque année. La course à pied est une activité très traumatisante de par la répétition des chocs sur le corps. Il en résulte des tensions articulaires, musculaires, ligamentaires qui sont à l’ origine de dysfonctions de mobilité, qui peuvent aboutir à de véritables pathologies. Le corps  est capable de s’adapter aux contraintes mécaniques inhérentes à la course à pied toutefois cette adaptation présente des limites. Lorsque l’organisme ne peut plus gérer ses contraintes mécaniques répétitives ce  sont les douleurs et blessures qui apparaissent. Ces dernières entrainent un arrêt plus ou moins long de la course à pied.

Une séance d’ostéopathie peut être intéressante soit dans un but préventif (2 fois par an) soit dans un but curatif dés que les douleurs sont présentes et installées. Il est aussi intéressant d’effectuer une séance d’ostéopathie avant un gros objectif, celle-ci doit néanmoins se réaliser dix à quinze jours avant la course afin que le corps ait le temps de se rééquilibrer. Certains patients ressentent les effets de la séance pendant une semaine.

Lors de la séance l’ostéopathe réalisera un bilan afin de mettre en évidence des dysfonctions et restrictions de mobilité. Votre ostéopathe libère les tensions trouvées et rééquilibre le corps par rapport aux nouvelles informations qu’il vient de donner.

Un petit blocage qui pourrait paraitre bénin car très minime peut avoir de grandes conséquences sur le résultat d’une course.

En effet une restriction de mobilité au niveau de la cheville par exemple peut entrainer dans un premier temps une modification du déroulé du pas lors de la course. Puis celle-ci peut  entrainer des tensions au niveau du genou, de la hanche, du bassin puis du dos.
Le corps va réussir au début à s’adapter à cette modification du geste sportif mais si la contrainte mécanique est trop longue  (marathon de Paris, ultra trail) le corps va tout d’abord signaler ses troubles par des douleurs et si celles-ci ne sont  pas entendues par le coureur (arrêt de l’effort) c’est le début de certaines pathologies (contractures, élongations, tendinites…).

Le corps fonctionne par chaines musculaires ainsi un blocage de la cheville peut entrainer quelques semaines plus tard un lumbago ou un torticolis…
Le coureur doit être à «  l’écoute » de son corps afin de déceler une tension anormale ou  l’apparition d’une douleur. C’est pourquoi il est primordial de consulter dés les premiers signes d’alertes.
Chaque séance de course à pied doit se prolonger par des étirements afin de diminuer les tensions et de favoriser la récupération musculaire. Les étirements intéresseront prioritairement les muscles des membres inferieurs et du bassin :
 
triceps sural (mollet), quadriceps (muscles antérieur de la cuisse), ischio-jambiers (muscles postérieur de la cuisse), adducteurs (muscles de la face interne de la cuisse), fessiers, pyramidale, et un muscle très important le muscle ilio-psoas.


Hortense de WITT - Ostéopathe Paris 8ème
t